L’ ange – Le pardon

90334640_o

Je loge ton venin, mon affreux dragon. J’accuse ta bile en mon sein, profond. Viens, arraches, détruit, pourfend. Et siffle injure, abois, écrase. Élimine-moi une bonne fois.

Chacun de tes trous de balle, sur ma peau se baignent d’un petit lac sanguin. Tes yeux brûlent hagards, tu sens l’horreur de ton action. Tu te sens impuissant, ô mon ange, mon enfant, tu refuses l’inconscient. Viens te cacher dans mes bras, n’aie plus peur, tu es triste, tu as mal tant et tant. Tes blessures sont des cratères amniotiques, d’où naissent des fleurs d’amour. Ton mal nécessaire a fait naître un bleu jardin sur ma peau, inconnu jusqu’à maintenant.

 

Extrach del libre « La brasa e lo fuòc brandal », Naissença, Bernard Lesfargues

Reis de las barbas negras e crespadas, reis onchats d’òli, reis dels vistons esbleugissents coma robins,

dins los eisserments de vòstras mans avètz pres de fanga un ponhadon

e longament, amb d’escopits, l’avètz prestida amb vòstra saliva de menta e de romanin,

e nascuts son lo cap, los uèlhs grands que i cabussi, lo còl freule, las popas palombas espaurugadas, l’esquina long camin per las cagaròlas de mas pòtas, lo tafanari per ma jòia, lo ventre d’evòri, las cuèissas de mon estrada, e suau, caud, baug, lo niu de gaug, de mofa e d’artemisa que m’enclausís, càrcer de bresca, càrcer mofla, càrcer de petalas de lirga, càrcer d’aiganha, jamai pestelada, càrcer meuna que m’i embarratz, vos,

long de la tartarassa, abrigat del colòbre,

vos m’i embarratz, reis de santal e de canèla, reis de las negras
filhas d’Etiopia, reis de las sablas saurencas de Tartessòs.

 

Rois à la barbe noire et crépelée, rois frottés d’huile, rois aux pupilles étincelantes comme des rubis,

dans les sarments de vos mains vous avez pris une poignée de boue

et longuement, en crachant dessus, vous l’avez pétrie avec votre salive de menthe et de romarin,

et sont nés la tête, les grands yeux où je sombre, le cou fragile, les seins palombes effarouchées, le long chemin du dos pour les escargots de mes lèvres, les fesses pour mon plaisir, le ventre d’ivoire, les cuisses ma grand-route, et doux, chaud, fou, le nid de joie, de mousse et d’armoise qui m’enclôt, prison de miel, prison moelleuse, prison de pétales et de glaieuls, prison de rosée, jamais fermée à clé, ma prison où vous m’acceillez vous,

loin du vautour, sans craindre le dragon,

vous m’y accueillez, rois de santal et de cannelle, rois des noires filles de l’Ethiopie, rois des sables dorés de Tartessos.